westRetour

L’avenir du télétravail

Actions
Lire l'article complet (PDF)open_in_new

Plus de trois ans après le début de la pandémie, force est de constater que les normes de travail pré- COVID-19 appartiennent au passé. En effet, la plupart des entreprises, notamment les grandes sociétés, ont adopté un modèle de travail hybride qui répond au besoin de collaborer en personne tout en offrant la souplesse et les autres avantages du télétravail. Ce virage permanent s’explique par de nombreux facteurs, dont l’un des plus importants est la prise de conscience suivante des entreprises : pour attirer et fidéliser des candidats talentueux, particulièrement en situation de pénurie de main-d’oeuvre, elles doivent mettre de l’avant la souplesse de leurs conditions de travail.

Le présent rapport est consacré aux avantages et aux inconvénients du télétravail et à l’incidence des modèles hybrides permanents sur la taille et la nature des environnements de bureaux. Il porte également sur certaines mesures clés à adopter pour maximiser la valeur du travail hybride aussi bien pour les employeurs que les employés. L’analyse se termine par quelques réflexions sur les principales conséquences que le virage à long terme vers le travail hybride pourrait avoir sur les placements.

Les avantages du télétravail

Le télétravail présente trois grands avantages : 1) des économies financières; 2) des gains de temps et de flexibilité; et 3) une hausse de la productivité.

Économies financières

Une étude récente a montré qu’en moyenne, les employés des grandes villes américaines qui sont en télétravail un ou deux jours par semaine économisaient entre 2 000 $ et 5 000 $ par année¹. Voilà qui expliquerait, entre autres, pourquoi 55 % des adeptes du télétravail seraient prêts à accepter une baisse de salaire pour continuer à travailler de la maison, selon un sondage mené par Ipsos pour le compte du Washington Post². Les employeurs aussi peuvent tirer des avantages financiers. Certaines études avancent que le travail hybride, à raison de deux ou trois jours par semaine à la maison, permettrait aux entreprises d’économiser jusqu’à 11 000 $ par employé par année³, principalement grâce à la hausse de la productivité, à la baisse des taux d’absentéisme et de roulement du personnel, à la diminution des coûts immobiliers et à une meilleure préparation aux catastrophes.

Gains de temps et flexibilité

Autre avantage du télétravail : le personnel passe moins de temps à se déplacer entre la maison et le bureau et gagne en moyenne une heure (sinon beaucoup plus) dans sa journée. En prime, les employés ont plus de souplesse pour gérer leur horaire de travail — un avantage intéressant pour tout travailleur, mais surtout pour ceux qui doivent s’occuper d’un enfant ou d’un proche. C’est une excellente façon d’augmenter le moral des employés et, par extension, d’améliorer le rendement et le taux de roulement du personnel.

Augmentation de la productivité

Même si les recherches ne leur donnent pas toujours raison, les travailleurs sont nombreux à affirmer qu’ils sont plus productifs à la maison, et pour cause : ils évitent les distractions d’un bureau achalandé. De plus, de nombreuses données anecdotiques portent à croire que lorsqu’ils sont en télétravail, plusieurs employés sont enclins à prolonger leur journée, d’une part parce qu’ils évitent les déplacements et, d’autre part, parce que la frontière entre l’environnement de bureau et l’environnement à domicile est mince.

Les inconvénients du télétravail

Les principaux inconvénients du télétravail sont : 1) l’isolement et les freins à l’avancement; 2) la diminution de la collaboration et des activités axées sur la culture d’entreprise; et 3) les distractions à domicile.

Isolement et freins à l’avancement

Le télétravail peut susciter un sentiment d’isolement, ce qui est particulièrement lourd de conséquences pour les jeunes qui viennent d’arriver sur le marché du travail. De plus, les employés qui commencent leur carrière en télétravail peuvent avoir du mal à se démarquer de leurs collègues sur place, ce qui risque de nuire à leur parcours professionnel. En réponse à cette situation, de nombreux employeurs, particulièrement les grandes sociétés, ont affecté plus de ressources aux initiatives de santé et de mieux-être et multiplié les activités sociales et de perfectionnement professionnel offertes aux employés lorsqu’ils sont sur place.

Diminution de la collaboration

Le télétravail peut nuire à la collaboration, au sentiment d’appartenance et à la culture d’entreprise. Par conséquent, les employeurs déploient de plus en plus d’efforts pour favoriser le travail d’équipe lorsque les employés sont sur place et multiplient les investissements dans les technologies collaboratives qui permettent de rendre les interactions encore plus utiles en télétravail. À notre avis, cette tendance est durable, étant donné le nombre croissant d’entreprises qui adoptent des modèles de travail hybrides permanents.

Distractions à domicile

En raison des distractions de la maison, le télétravail peut nuire à la productivité. Toutefois, la gravité de cet inconvénient dépend en grande partie de la personnalité et de l’éthique de travail de l’employé — deux facteurs que l’entreprise peut évaluer au cas par cas afin de déterminer le milieu de travail où il sera le plus efficace et de mettre en place les modalités de travail les mieux adaptées et les plus équitables pour sa productivité.

Incidence sur les espaces de travail

Les formules de travail hybride permanentes amènent les employeurs à revoir la nature et le nombre d’espaces de bureau dont ils ont besoin. Nous croyons qu’à long terme, les modèles hybrides se traduiront par : 1) une réduction du nombre d’espaces de bureau nécessaires; 2) des changements dans la conception et l’agencement des bureaux; et 3) une intégration croissante des technologies de télétravail.

Réduction du nombre d’espaces de bureau nécessaires

Avec l’augmentation du nombre d’employés en télétravail, les entreprises réévaluent continuellement le nombre d’espaces de bureau dont elles ont besoin. Les taux d’occupation sont en baisse par rapport aux niveaux précédant la pandémie, mais dans les bureaux, la fréquentation connaît une baisse encore plus importante, et les taux oscillent entre 45 % et 50 % selon la plupart des études⁴. Notons toutefois que les chiffres varient considérablement d’une ville à l’autre. Par exemple, en raison des mises à pied dans le secteur technologique, San Francisco est beaucoup plus touchée qu’Austin (Texas)⁵.

D’une part, la dynamique actuelle laisse présager des jours difficiles pour les propriétaires de bureaux. D’autre part, quelques signes de reprise se profilent à l’horizon, tout particulièrement chez les fournisseurs de bureaux flexibles dans un contexte où les entreprises favorisent la souplesse et où leurs besoins de bureaux sont en pleine mutation. Selon un récent sondage de JLL auquel ont participé plus de 1 000 décideurs du secteur immobilier commercial sur 13 marchés mondiaux clés, 43 % des répondants pensent accélérer leurs investissements dans des espaces flexibles au cours des trois prochaines années⁶. Si les tendances de fréquentation des bureaux se maintiennent, l’inoccupation des bureaux finira par baisser elle aussi. Compte tenu de la nature à long terme des baux, la diminution surviendra après coup, car dans la plupart des sondages, les répondants manifestent continuellement leur intention de réduire leurs espaces de bureau dès l’an prochain.

Changements dans la conception et l’agencement des bureaux

Le passage au travail hybride a incité de nombreuses entreprises à revoir l’aménagement de leurs bureaux dans une optique de collaboration, de bien-être du personnel et de flexibilité des espaces de travail. Les entreprises ne ménagent aucun effort pour que les jours où leurs employés sont au bureau, ils soient plus à même de travailler en équipe et de tisser des liens. Dans ce contexte, elles réaménagent complètement leurs bureaux. Compte tenu de cette tendance prévalente, les espaces de travail conçus pour favoriser la collaboration et l’esprit d’équipe font et continueront à faire meilleure figure sur le marché immobilier, et ce, malgré le coût important des rénovations de cette ampleur.

Intégration des technologies de télétravail

Plus le travail hybride deviendra permanent, plus les entreprises continueront à intégrer des outils de collaboration de pointe et à adopter des pratiques exemplaires pour les utiliser. Dans cette optique, les entreprises devront prévoir des occasions de formation et de perfectionnement pour leurs employés afin de leur donner les compétences nécessaires pour s’adapter aux nouvelles technologies et aux nouveaux modèles de travail. Voilà une excellente nouvelle pour les fournisseurs de services de vidéoconférence, de stockage infonuagique, d’outils de collaboration et de solutions de cybersécurité, pour ne nommer que ceux-ci.

Principales conclusions pour les entreprises et les investisseurs

En ce qui concerne les effets à long terme des modèles hybrides sur les normes de travail, les prochaines années seront déterminantes. Plus tôt une entreprise adoptera les modèles hybrides, plus vite elle profitera des avantages du télétravail tout en trouvant des solutions à ses inconvénients. Ainsi, elle augmentera ses chances de trouver une formule qui saura répondre à la fois à ses besoins et à ceux de ses employés. Pour réussir la transition, elle doit impérativement mettre l’accent sur la mobilisation, la communication, la collaboration et le bien-être du personnel, notamment dans un marché du travail serré. Dans un avenir en pleine mutation, les entreprises qui font preuve de souplesse et d’adaptabilité seront les mieux placées pour surpasser leurs concurrents en attirant et en fidélisant les candidats les plus talentueux.

Le virage à long terme vers le travail hybride aura des incidences pour les investisseurs. Du côté de l’immobilier, le secteur des immeubles de bureaux fait face à un avenir difficile. En effet, le déséquilibre actuel entre l’offre et la demande prendra du temps à se résorber, compte tenu de la longue durée des baux, d’autant plus que la conversion d’espaces de bureaux en copropriétés ou appartements est souvent coûteuse et peu pratique. En matière de bénéficiaires du travail hybride, les actifs en banlieue (résidentiel, vente au détail) devraient continuer à mieux faire que les actifs en milieu urbain, étant donné le coût de la vie moins élevé en banlieue.

Dans l’ensemble, l’évolution des habitudes de consommation devrait continuer à favoriser les entreprises du secteur de la consommation discrétionnaire — à condition que l’évolution des modèles hybrides se déroule comme prévu. Ainsi, le consommateur consacrera moins d’argent à l’essence, au stationnement, aux dîners au restaurant et aux vêtements formels et davantage aux autres dépenses discrétionnaires, telles que les biens et les voyages. En tant qu’investisseurs actifs, c’est le genre de tendance historique dont nous tiendrons compte pour faire nos prévisions sur la demande future de biens et de services.

¹ Jose Maria Barrero, Nicholas Bloom, Shelby Buckman et Steven J. Davis, 2021, « Why working from home will stick », National Bureau of Economic Research Working Paper 28731, mis à jour le 12 février 2023 – https://wfhresearch.com/wp-content/uploads/2023/02/WFHResearch_updates_February2023.pdf
² Taylor Telford, Scott Clement et Emily Guskin, « Here’s what workers really care about, according to a Post-Ipsos poll », The Washington Post, 23 mai 2023 – https://www.washingtonpost.com/business/2023/05/23/post-poll-remote-work-hybrid-future/
³ Telecommuting Trend Data, Global Workplace Analytics, 22 juin 2021 – https://globalworkplaceanalytics.com/telecommuting-statistics
⁴ Sarah Holder, « Meet Kastle Systems, the Covid-Era Kings of Back-to-Work Data », Bloomberg.com, 13 octobre 2022 – https://www.bloomberg.com/news/articles/2022-10-13/will-remote-works-ever-return-to-office-this-company-is-trying-to-find-out
⁵ Katherine Feser, « Bucking WFH trend, Austin, Houston and Dallas offices lead nation in usage post-COVID », Houston Chronicle, 24 février 2023 – https://www.houstonchronicle.com/business/real-estate/article/austin-takes-top-spot-office-use-post-covid-kastle-17801284.php
⁶JLL, « The Future of Work Survey 2022 », juillet 2022 – https://www.jll.ca/en/trends-and-insights/research/jll-future-of-work-survey-2022

Marc Gagnon

Vice-président, gestionnaire de portefeuilles, actions nord-américaines

Lire la bio east